Fonds d'écran
_____________________________________

1280x1024 | 1024x768

1280x1024 | 1024x768

Musico-chronique
_______________________________________________________________________
FLH, le 28 octobre 2007

De retour ! Et cette fois ci, je vais enfin tenir mes promesses : j'écrirai plus souvent !
Chacun peut comprendre que je ne puisse pas tout le temps donner des nouvelles, il n'y en a pas tellement que je ne lasse tout le monde en rabachant, alors vous allez avoir à lire des périodes historico/musicales de la vie de Bill et des oiseaux qui travaillent avec lui !

Mais aujourd'hui, je veux raconter deux ou trois choses de l'actualité !

Toutes les vacances se sont passées à travailler pour finir le CD qui est commencé depuis de tels lustres que je m'y perd moi-même (je plaisante !)
Il était question que Bill aille un peu en Normandie, marcher dans la foret et sous les arbres, hé bien ça s'est résumé à... une journée et demie. C'était tout de même bien, bon à prendre !
Parce que le reste du temps, le travail de studio était si constructif et si joyeux qu'il n' y avait pas besoin vraiment de vacances...
Arrivée la veille des séances pour être en forme le lendemain, surtout lorsqu'il s'agit de chanter, hôtel de province très « maison », traversée de la place du village pour aller prendre le café au studio directement et une caresse ou plutôt deux au chat Shoei ce qui met un peu Titus le Rouge en colère, (chat du voisin, voir épisode précédent) et se mettre au travail jusque vers 14h, pause pour déjeuner et se détendre, avec l'arrivée d'amis (n'oublions pas que tout près est la maison de JMK !) et reprise du chantier ensuite... c'était exactement ce qu'il fallait pour être bien dans l'humeur forte mais tranquille qui court dans cet album !
Mais il n'était pas question de continuer à vivre tout l'été comme ça, il fallait bien qu'il y ait un peu d'aventures quelque part pour briser l'uniformité !!!

Donc le 28 Juillet, Bill et Philip Laridan, le tourneur, sont partis dans le 806 pour « Alésia et ses nuits péplum ».
Pendant le dîner sympathique à l'hôtel il a commencé à tonner et à pleuvoir, mais pleuvoir, quoi ... augures indéchiffrables : tout pouvait changer le lendemain...
Le lendemain arrivant, certes il ne faisait pas beau, mais il ne pleuvait pas ce qui est toujours un grand avantage quand il s'agit d'un Festival en plein air...
Arrivée sur le site, retrouvage des musiciens (je vous parlerai de la nouveauté ensuite), connaissance de l'équipe d'accueil, tous extrêmement sympathiques, des bénévoles très impliqués dans les trois jours depuis des mois, et des pros pour le matériel, nickel.
Hélas ! Pour eux et pour nous, une pluie torrentielle autant que glacée s'est décidée à tomber dans l'après-midi : de l'eau et encore...
La scène, située dans un endroit magnifique contre une énorme falaise haute, était trempée, il ne pleuvait que sur le bord, mais le tapis qui la recouvrait faisait se répandre l'eau par capillarité jusque sous les pieds des musiciens, il a fallu poser des protections sur les pédales de Bill. Devant lui, le public, sous parapluies, était assez gentil pour apprécier le concert, mais pour un certain musicien (voir plus loin) c'était une drôle d'arrivée !
Yves Jamait a eu le courage de rester jusqu'au bout, sous un immense parapluie vert, au premier rang, c'est à noter, parce qu'un artiste qui offre une telle présence de sympathie à un autre est rare !
Discussion dans les loges (toujours dans des grottes !) après le concert et tristesse pour le Festival, qui ne sera pas pénalisé finalement et continuera l'année prochaine.

Retour à Paris pour retrouver le studio etc... je vous l'ai raconté plus haut.

Mais quand je parlais d'une « arrivée », il faut aussi que je raconte celle-ci ...
Presque quelques instants avant Alise Sainte Reine, le bassiste, le nouveau dont j'avais parlé, a du partir pour de nouvelles aventures où il était déjà engagé avant d'entrer chez Bill, et donc, c'est un nouveau, LE nouveau, le Bleu, qui a pris sa place : DENIS OLLIVE, lancé sur ce nouveau groupe, il a aussi refait les basses de l'album qui n'étaient pas encore réalisées : fastoche : travail de studio, travail chez soi, travail au studio Murat avec David Hadjadj ; peu de stress, on recommence quand il faut, on cherche et bien sur on trouve, on avance, Denis a bien assez d'expérience, sans parler de maîtrise de son instrument pour que tout se passe (là aussi !) très bien...
Bien sur, il y a un os qui arrive : le concert !
Et pas une minute pour faire une répétition tous ensemble… quand on imagine comme Bill adore ça, on en tremble presque !!
Hé bien, croyez-le ou pas, il y a eu écoutes des titres pour Denis, après-midi chez Bill avec Mauro Serri, habitude pour Denis de jouer avec Stéphane Pijeat et surtout avec David hadjadj, enfin, ils sont arrivés au concert, les mains dans les poches, après une balance assez rapide, qui donc n'a même pas servi de répétition, au concert du soir : dans le fond les pluies torrentielles ont servi : il fallait y aller, foncer, ne pas se poser de questions garder les doigts croisés, faire bondir l'adrénaline d'un cran, et...
Abracadabra, ça l'a fait ! De façon assez inattendue à ce point là, car on aurait dit, non pas de Denis, en bon musicien suivait les autres, mais carrément qu'il était là depuis toujours...
Personne ne s'y est trompé, toute la bande était supra heureuse !!
Ceux qui seront à la Cigale pourront juger sur « oreilles », pareil pour ceux qui écouteront l'album « Revisité » !

Pour la suite, quand vous aurez lu tout ça, vous serez saturés, donc : attente pendant quelque temps pour :
  • La Merveille
  • La fin de l'album et le mixage (découverte de Maxime )
  • La fabrication
  • La cigale
  • La suite .............

À un temps + un temps
flh


Contacts - Copyright ©2007 www.billderaime.com