Fonds d'écran
_____________________________________

1280x1024 | 1024x768

1280x1024 | 1024x768

Musico-chronique
_______________________________________________________________________
FLH, le 8 novembre 2007

La Cigale se prépare, mais pas toute seule par sa propre dynamique, mais par les efforts de toute l’équipe, à commencer, évidement par ceux de Bill, Mauro, David, Stéphane, Denis...
Première répétition la semaine passée...
Pas de concerts depuis Juillet : le travail sur l'album était le plus pressant ; certes les musiciens ont joué les chansons sur l’album, mais la scène est tout autre chose… donc, répétition tout le monde ensemble. Chez Music Live où ils se retrouvent depuis un moment déjà, chez Serge : là où bien des musiciens passés et présents sont venus travailler...
Il va y avoir d'autres repet, non, non, non !!! Pas question d'aller sur scène comme ça, ils l'ont fait forcés par les circonstances une fois ils ne le referont plus même si tout s'était bien passé sur le moment... donc : il va y avoir d'autres répétitions pour que le concert de la Cigale soit un BEAU concert.
Ça se sont les dernières nouvelles.
J'ai promis de vous raconter par morceaux des épisodes de toute l'histoire musicale et autre de Bill et des Oiseaux, hé bien ! Si je commençais ce soir ?
Donc :

Je m'en vais vous raconter l'histoire du Traditionnal Mountain Sound...
Histoire qui se passe à St Germain de prés à Paris, et qui commence en 1970.
Vous reconnaîtrez des personnes connues maintenant, et vous « entendrez » des genres musicaux évoluer, vous « participerez » à la « free clinic » de la rue de l’Abbaye, au festival de Folk de 71 à Paris et tout plein d'autres choses, sans oublier les journées passées au local du TMS et les concerts du jeudi soir place Fürstenberg, tout à coté du local.

En 1968 Bill vivait déjà à Paris, après un minuscule studio d’étudiant, il partageait rue Lamarck à Montmartre un appartement avec Alain et Laurent (les tours qu'ils ont fait ensemble je vous les raconterai une autre fois).
Bill jouait de la guitare 12 cordes déjà, il avait abandonné des études de médecine pour kiné, et il abandonnait kiné tout doucement pour la musique.

Il y avait à Montmartre, surtout place du Calvaire, en contre bas de la place du Tertre, des arrivées de beatniks, de « routards » qui allaient non seulement en Europe faire la route, mais qui venaient aussi du Népal, des Indes, d’Indonésie.
Et tout cette population colorée et joyeuse avait avec elle des tas de « produits » divers et variés et originaux, illicites, c’est certain, mais que chacun testait dans sa petite sphère.
Certains de ces voyageurs allaient plus loin que d'autres et se retrouvaient perdus, malades, paumés.

Confronté à ça, Bill s'était agrégé à une petite association, qui comptait surtout 2 amis à lui. Si je me souviens, le nom était « lotus et mouche cousue », ce qui valait tous les programmes politiques, et disait bien de quoi il s’agissait.
L'un de ses amis connaissait un psychiatre, à Ste Anne, qui voulait créer une « free clinic » à Paris, projet original pour l’époque : les personnes pouvaient venir pour être accueillies, soignées, écoutées (souvent en anglais), aidées de toutes façons pour ne pas se retrouver dehors trop souvent : une partie médicale qui serait tenue par le médecin, une partie « amicale », échange de services, qui serait l'affaire des 3 amis en question.

Le projet lancé dans les têtes, il fallait bien un centre d'intérêt pour réunir ces voyageurs beatniks (quelquefois des déserteurs américains, la guerre du Vietnam battait son sinistre plein), et comme ils aimaient tous la musique, que Bill en faisait sa vie irrésistiblement, l'idée (encore une) est apparue, lumineuse :
Il y aurait d'un coté la free clinic, de l'autre un folk club... avec différentes sortes de musique, les voyageurs ayant souvent une guitare ou un harmonica dans leurs bagages pourraient venir chercher des endroits où jouer et en même temps traverser la rue pour être soignés. Finalement, il n'y eut même pas à traverser la rue, l'Abbaye de St Germain des Prés offrit des locaux au projet.
Quant à trouver d'autres musiciens, Bill avec Apo, Alain, Laurent, Job et d'autres allant tous les mardis au Centre Américain du boulevard Raspail avaient rencontré déjà Gabriel Yacoub, Phil Fromont, Jean-Jacques Milteau, Mick Larie, Laurent Gérome...
C'est alors qu'une véritable association fut crée ! Avec de beaux statuts, tout bien, tout propre, tout légal : 12 musiciens ensemble dont un bureau composé de 4 membres... le lieu était offert : 7 rue de l’Abbaye, dans le 6°, et miracle, invraisemblable miracle qui vous montre à quel point terrible les temps sont différents, une salle fut offerte tous les jeudis soirs pour « le concert » du Jeudi...
Une fois le local peint et rénové, une fois dessiné sur les trois fenêtres le TMS Folk Center dans des beaux tons de rouge par un ami peintre, une fois les premières cartes de membres imprimées et le premier concert programmé, patatras :
Le général de Gaulle est mort...

A suivre
FLH


Contacts - Copyright ©2007 www.billderaime.com